2014 Films

http://www.brown.edu/Project/French_Film_Festival/style/header.jpg

All films presented in French with English subtitles.
For English film descriptions please visit the Cable Car Website or click on résumé en anglais at the end of the French description.

Jeune et jolie
Jeune et jolie (Young and Beautiful)
 02/20 at 6:30 p.m. and 02/28 at 9:00 p.m.
Réalisé par : François Ozon
France | 2013 | 95 mn  | Drame
Avec : Marine Vacth, Géraldine Pailhas, Frédéric Pierrot
Écrit et réalisé par François Ozon, Jeune et jolie est un film dramatique qui a reçu beaucoup de bonnes critiques après son avant-première au Festival de Cannes de 2013. Le film raconte l’histoire d’Isabelle, une jeune fille de 17 ans, qui, bien sûr, est jolie. Pendant l’été avec sa famille dans le sud de la France, Isabelle décide d’explorer sa sexualité pour la première fois, et elle perd sa virginité lors d'une rencontre avec un jeune homme qui s’appelle Félix. Cependant, l’expérience la transforme profondément, et elle devient plus distante affectivement.
De retour chez elle, Isabelle continue d’explorer sa sexualité avec d’autres hommes, et son exploration se transforme en une entreprise. Isabelle travaille sous un pseudonyme, Léa, et a une relation régulière avec Georges, un client âgé. Après un mauvais accident avec lui pendant une session, le secret d’Isabelle éclate au grand jour, et ses parents deviennent impliqués dans la situation. 
En conclusion, Jeune et jolie est un film attentif qui montre le développement d’une jeune fille pendant ses expériences sexuelles.
Ecrit par Raven Gomez.
Sources : 

Le météoreLe météore

 

Le Météore (The Meteor)
02/20 at 9:00 p.m and 02/25 at 6:30 p.m.
Réalisé par : François Delisle
Canada | 2013 | 85 mn | Drame
Avec : François Delisle, Noémie Godin-Vigneau, Andrée Lachapelle
Le héros du film, Pierre, purge une peine de 14 ans de prison pour homicide involontaire. Dans ce film, nous voyons comment la vie de deux de ses proches a été perturbée par ses actions. La mère de Pierre, qui est très âgée, lui rend visite chaque semaine. L'ex-femme de Pierre essaie de refaire sa vie, mais elle peine à laisser derrière elle les souvenirs de son passé avec lui.
Le Météore est un film très abstrait, qui ne contient aucun dialogue entre les personnages et aucun échange humain. François Delisle, le réalisateur, montre l’histoire à travers des monologues et des images qui, à la fois, confirment et contredisent ce que les personnages disent, mais le contexte des monologues dévoile une histoire si intéressante que les spectateurs oublient la forme non conventionnelle du film.
Les sujets évoqués par les personnages sont très personnels et représentent ce qu’il y a de mauvais dans la vie. Les spectateurs ne peuvent pas donc s'empêcher de compatir. Les défauts de ces personnages nous montrent que nos liens avec les autres personnes sont complexes et fragiles et que nous sommes tous prisonniers de nos relations.
Ecrit par Niesha Voigt.
 Sources :

Queen of MontreuilQueen of Montreuil

 

 

Queen of Montreuil (Queen of Montreuil)
02/21 at 4:00 p.m. and 02/25 at 9:00 p.m.
Réalisé par : Sólveig Anspach 
France | 2012 | 87 mn  | Comédie, Drame
Avec : Florence Loiret Caille, Didda Jónsdóttir, Úlfur Ægisson 
Queen of Montreuil raconte l'histoire d'une veuve éplorée qui cherche une nouvelle identité. Agathe, la protagoniste du film, doit recommencer à travailler dans sa ville natale de Montreuil, une banlieue de Paris, à la suite du décès de son mari. Lors de son retour du Vietnam – le lieu de la mort prématurée de son mari – Agathe rencontre deux voyageurs islandais excentriques. Tous trois interagissent pour la première fois à la douane. Úlfur, qui est le fils curieux d'Anna, la voyageuse islandaise, parle à Agathe. Indiquant l'urne qui contient les cendres du mari décédé, Úlfur demande dans un mauvais français, « Qu’est-ce que c’est ? » et Agathe répond ouvertement, « C'est mon mari. » C'est lors de cette interaction étrange qu’une improbable amitié se forme.
Dans ce film comique, cinq amis inattendus – une jeune veuve en deuil, une hippie islandaise et son fils, un voisin affectueux, et un phoque déprimé – se retrouvent et créent des liens émotionnels, désopilants, et fantastiques. Sólveig Anspach, la réalisatrice du film, prend beaucoup de libertés, abandonnant toute formalité cinématographique, pour représenter la trajectoire du voyage émotionnel d’Agathe. Les personnages créés par Anspach, même s’ils sont pleins d’excentricités et de bizarreries, sont sympathiques et authentiques. Cette comédie originale raconte l'histoire d'un groupe d'individus qui, littéralement et figurativement, s’aident à trouver leur voie. Anspach capture notre attention et nous oblige à tomber amoureux de ses personnages peu orthodoxes.
Ecrit pas Hanna Organschi.
 Sources :
Thérèse DesqueyrouxThérèse Desqueyroux
 
Thérèse Desqueyroux (Thérèse)
02/21 at 6:30 p.m. and 03/02 at 9:00 p.m.
Réalisé par : Claude Miller 
France | 2012| 110 mn | Drame
Avec : Audrey Tautou, Gilles Lellouche, Anaïs Demoustier
Le dernier film de Claude Miller, Thérèse Desqueyroux, suit la vie d’une femme qui s’ennuie dans son mariage et essaie de s’en échapper. C’est l’adaptation du roman de François Mauriac du même nom, et le remake du film de 1962, réalisé par Georges Franju. Dans les années vingt, Thérèse Laroque épouse Bernard Desqueyroux pour l’argent plus que par amour. Au début elle est satisfaite de ce mariage de convenance, mais rapidement elle commence à voir l’arrogance de son mari, grand propriétaire terrien du Sud-Ouest. Elle n'aspire plus qu'à une chose : se soustraire à sa vie terne avec son mari et à sa famille oppressive.
Thérèse Desqueroux a concouru au Festival de Cannes pour la Palme d’Or. Audrey Tautou incarne l’héroïne de François Mauriac et nous montre l’épreuve interne de Thérèse, la protagoniste mystérieuse et troublée. Passionnant, fascinant, et mélancolique, Thérèse Desqueyroux montre les conséquences de l'oppression d’une femme par le monde qui l’entoure.
Ecrit par Aasha Jackson.
Sources:

L'ordre et la moraleL'ordre et la morale

 

L'ordre et la morale (Rebellion)
02/21 at 9 p.m. and 02/26 at 9:00 p.m.
Réalisé par : Mathieu Kassovitz
France | 2011 | 136 mn  | Action
Avec : Mathieu Kassovitz, Iabe Lapacas, Malik Zidi...
Le 22 avril 1988, sur l'île d'Ouvéa, en Nouvelle-Calédonie, un groupe indépendantiste Kanak attaque la gendarmerie de Fayaoué. Quatre gendarmes sont tués, vingt-sept autres pris en otage et conduits dans une grotte isolée. La France déploie 300 soldats sur place pour rétablir l'ordre. Le capitaine du GIGN, Philippe Legorjus, spécialiste des prises d'otages, est également envoyé sur l'île et entame les négociations avec le chef des ravisseurs, Alphonse Dianou. Le partage de valeurs communes permet aux deux hommes d'établir le dialogue. Cependant, à quelques jours du second tour des élections présidentielles, l'affaire a pris une tournure politique et les efforts de Legorjus et Dianou ne pourront empêcher l'assaut meurtrier de la grotte la 5 mai 1988…  
Ecrit par Laure-Hélène Anthony-Gerroldt.
Sources :
Aya de YopougonAya de Yopougon
Aya de Yopougon (Aya of Yop City)
 02/22 at 12:00 noon and 03/02 at 12:00 noon
Réalisé par : Marguerite Abouet, Clément Oubrerie
France | 2013 | 84 mn  | Animation
Avec : Aïssa Maïga, Tella Kpomahou, Tatiana Rojo
Animé par les deux auteurs de la bande dessinée éponyme, Aya de Yopougon nous transporte pendant les années 1970 dans un quartier populaire d’Abidjan en Côte d’Ivoire. C'est l’histoire d’Aya, une héroïne quelque peu féministe qui s’efforce de trouver l'équilibre entre ses études, sa famille et ses copines qui ne pensent qu'à danser. Critique de la société qu'il présente et plein d'humour, le film nous offre une perspective rafraîchissante de la vie quotidienne africaine.
Tout à la fois drôle et profonde, la vision de l’Afrique, que présente le film est honnête, sans les généralisations et le misérabilisme habituels. Il se peut que l'environnement paraisse assez exotique et étrange pour le public général, surtout avec l’utilisation de l’argot local, mais les sentiments et le cœur du film s’appliquent universellement.
La fidélité du film à la bande dessinée aide à percevoir l’authenticité et l’ambiance du quartier. Les animateurs restent fidèles au graphisme original et une des réalisatrices, Marguerite Abouet, a même recruté sa famille ivoirienne pour jouer les scènes de danse et les échanges verbaux. Certains critiquent l’animation du film comme étant paresseuse et ennuyante, mais le charme de la bande dessinée dans toutes ses couleurs vives est bien rendu à l’écran.
Bref, Aya de Yopougon montre un monde vivant avec des personnages mémorables. Avec la chaleur et l’animation des filles comme Aya, c'est la vie en Afrique francophone que ce film réjouissant nous révèle.
Ecrit par Yuki Davis.
Sources : 

Les saveurs du PalaisLes saveurs du Palais

 

Les saveurs du Palais (Haute Cuisine)
02/22 at 2:00 p.m.
 Réalisé par : Christian Vincent
France | 2012 | 95 mn | Drame
Avec : Catherine Frot, Arthur Dupont, Jean d'Ormesson, Hippolyte Girardot, Jean-Marc Roulot, Philippe Uchan Basé sur la vie de Danièle Delpeuch, Les saveurs du palais raconte l'histoire d'Hortense Laborie qui, de l'illustre cuisinière périgourdine qu'elle était (dans le sud-ouest central de la France) devient la chef personnelle du président Mitterand au palais de l'Elysée, résidence officielle du président de la république. Malgré la jalousie et les affrontements stratégiques des autres chefs de l'Elysée, Hortense arrive à se faire respecter et à gagner l'admiration du président. Cette comédie dramatique a beaucoup plu en raison de son sujet et de l'interprétation de l'actrice principale, Catherine Frot (que vous avez peut-être vue dans Bowling). Le film aborde plusieurs aspects ou réalités importantes de la culture et de la société française – parmi eux, la hiérarchie sociale, la professionnalité de l’industrie culinaire, le côté privé de la politique, les luttes stratégiques dans la politique et les entreprises et, bien sûr, la longue tradition culinaire de la France. Certains critiques ont remarqué que le traitement de ces thèmes restait superficiel, produisant une très belle histoire qui manque peut-être néanmoins d'un peu de profondeur. D'autres ont aussi indiqué que l’inclusion des scènes qui se passent à la station de recherche antarctique était superflue. Par contre, les critiques étaient unanimes pour dire que ce film est un vrai plaisir pour les amateurs de cuisine et qu'il vous mettra l'eau à la bouche.
Ecrit par Carolyn Vincent
.
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=193921.html
http://blogs.montrealgazette.com/2013/03/01/review-les-saveurs-du-palais-haute-cuisine/
http://www.rottentomatoes.com/m/haute_cuisine/
http://www.cinoche.com/films/les-saveurs-du-palais/critiques/index.html
http://www.cinoche.com/films/les-saveurs-du-palais/critiques/index.html
View trailer
résumé en anglais--Haute Cuisine
Au cul du loupAu cul du loup
Au cul du loup ( Miles from Anywhere)
02/22 at 4:00 p.m. and 02/28 at 6:30 p.m.
Réalisé par :  Pierre Duculot
Belgium | 2011 | 82 mn  | Drame
Avec : Christelle Cornil, François Vincentelli, Jean-Jacques Rausin
Quand Au cul du loup, réalisé et écrit par Pierre Duculot, est sorti il y a deux ans, le film avait déjà gagné deux prix (les premiers que Duculot ait reçus) : le Prix du public du meilleur long-métrage, et le Licorne d'Or - Grand prix du long-métrage. L'histoire se déroule dans la région de Charleroi, où habite Christine, une Belge de presque 30 ans, avec son petit copain et sa famille. Elle trouve l'opportunité de s'échapper de la pizzeria où elle travaille et de prendre le temps de réfléchir à sa vie banale quand sa grand-mère lui lègue une maison en Corse (au cul du loup). Pourtant, sa famille, ainsi que son copain, la pressent de vendre son héritage. Bien que personne ne semble savoir pourquoi, elle refuse de s'en débarrasser. Le film intéressera un public particulier – les gens que les films romantiques ennuient, qui se fatiguent de rire follement aux films comiques et qui auraient envie de se ressourcer en accompagnant Christine sur son chemin boisé à la découverte de soi
Ecrit par Manuel Lopez.
Sources : 
Alceste à bicycletteAlceste à bicyclette
Alceste à bicyclette (Cycling with Moliere)
02/22 at 6:30 p.m. and 02/27 at 4:00 p.m.
Réalisé par : Philippe Le Guay
France | 2013 | 104 mn  | Comédie
Avec : Fabrice Luchini, Lambert Wilson, Maya Sansa
Décrit comme « une histoire chaleureuse et charmante au sujet de deux acteurs qui entreprennent de mettre en scène Le Misanthrope et qui essaient de ne pas s'entretuer pendant qu'ils travaillent ensemble, » ce film raconte les difficultés d'une idole de la télévision, Gauthier Valence, qui se rend sur la pluvieuse Ile de Ré pour convaincre son ami de longue date, l'acteur reclus Serge Tanneur, de tenir le rôle principal dans sa production de la célèbre comédie de Molière. Mais Tanneur, qui s'est isolé dans un château familial délabré après une dépression nerveuse trois ans plus tôt, est aussi doué qu'il est irritable et, effectivement, misanthrope. Ses bouffonneries font écho à celles du protagoniste de la pièce, Alceste — un critique virulent des mœurs, des conventions artistiques, et de l'hypocrisie sentimentale du dix-septième siècle.  
Traduit par Sarah Bernthal.

La mer à l'aubeLa mer à l'aube

 

La mer à l'aube (Calm at Sea)
02/22 at 9:00 p.m. and 2/26 at 6:30 p.m.
Réalisé par : Volker Schlöndorff
France/Allemagne  | 2012 | 90 mn  | Drame
Avec : Léo-Paul Salmain, Marc Barbé, Ulrich Matthes
Le 21 octobre 1941,  alors que la France est sous occupation allemande, trois membres des jeunesses communistes tuent le lieutenant-colonel allemand Karl Hotz. En guise de représailles, Hitler exige la mort de 150 Français. Le film de Volker Schlöndorff s’attache à retracer les heures qui séparent l’attentat originel de l’exécution des prisonniers français, soulignant les cas de conscience que l’ordre du Führer soulève tant chez les autorités françaises qu’allemandes tout en donnant à voir le processus administratif très réglé qui conduit à ces exécutions. S’inspirant en partie d’archives de l’époque, notamment de la retranscription des évènements par l’officier allemand Ernst Jünger, Volker Schlöndorff signe le premier film sur l’occupation réalisé par un Allemand et offre par la même occasion une œuvre dépourvue des clichés habituels sur les forces d’occupation allemandes.  
Ecrit par Doris Brossard.
Sources :

La cité roseLa cité rose

 

La cité rose (Asphalt Playground)
02/23 at 12:00 noon and  03/01 at 12:00 noon
Réalisé par : Julien Abraham
France | 2012 | 97 mn | Comédie
Avec : Azize Diabaté Abdoulaye, Diabate Idrissa, Ismaël Ouazzani
Basé dans une certaine mesure, sur le film brésilien, La Cité de Dieu (2002), La Cité Rose dépeint un des quartiers les plus notoires de la banlieue parisienne. Le film suit l’histoire d’un jeune garçon, Mitraillette, qui habite dans cette banlieue, sa famille, et sa vie adolescente. On voit ce jeune garçon coincé entre les personnages opposés de son jeune cousin, Isma, qui veut faire partie d’un gang de banlieue et son frère, Djibril, étudiant à la Sorbonne qui rêve de devenir avocat. Selon beaucoup de critiques, La Cité Rose donne une image assez réaliste de la violence, mais aussi de la beauté de la banlieue. Même si certains personnages jouent des rôles stéréotypés, le film dans l’ensemble échappe à être cliché. La plupart des commentaires du public indique que le film est à la fois amusant et tragique dans son portrait de la vie quotidienne du quartier et de ses personnages.  

Ecrit par Sarah Domenick.
Sources :
http://www.imdb.com/title/tt2521724/
http://www.allocine.fr/film/fichefilm-205577/critiques/spectateurs/
http://television.telerama.fr/tele/films/la-cite-rose,46530016.php
http://www.avoir-alire.com/la-cite-rose-la-critique
View trailer
résumé en anglais--Asphalt Playground

Le dernier des injustesLe dernier des injustes

 

Le dernier des injustes (The Last of the Unjust)
02/23 at 2:15 p.m. and 02/27 at 6:30 p.m.
Réalisé par : Claude Lanzmann
France/Autriche |2013 | 220 mn | Documentaire
Avec : Benjamin Murmelstein, Claude Lanzmann
Un lieu : Theresienstadt. Un endroit particulier de propagande qu’Adolf Eichmann qualifie de « ghetto exemplaire », créé pour tromper le monde et le peuple juif à l'égard de son vrai dessein : la dernière étape avant la chambre à gaz. Un homme : Benjamin Murmelstein, dernier président du Conseil juif de Theresienstadt, Héros déchu condamné à l'exil, il est contraint de négocier avec Eichmann jour après jour, de 1938 jusqu’à la fin de la guerre. Bien qu'il connaisse mieux que tout autre ce bourreau nazi, Murmelstein ne sera même pas appelé à témoigner lors du procès de Eichmann. Plus de vingt-cinq ans après Shoah, ce nouveau film de Claude Lanzmann révèle un aspect peu connu, mais essentiel, de l’Holocauste, et apporte un éclairage nouveau sur les origines de la « solution finale ». Écrit par Synedoche.  
Traduit par Justin Gibson.

Présumé coupablePrésumé coupable

 

Présumé coupable (Guilty)
02/23 at 6:30 p.m. and 03/01 at 9:00 p.m.
Réalisé par : Vincent Garenq
France | 2011 | 102 mn | Drame
Avec : Philippe Torreton, Wladimir Yordanoff, Noémie Lvovsky 
Le film raconte l’histoire d’un homme, Alain Marécaux, et de son expérience traumatisante avec le système judiciaire.  Alain est à la fois un père et un mari, et un jour, tout d’un coup, il est arrêté et accusé avec sa femme d’actes horribles de pédophilie, qu’il n’a pourtant jamais commis. Marécaux est alors séparé de sa famille et tout son univers s’écroule. Il est forcé de supporter la colère des policiers soupçonneux et d’un juge menaçant. Tout le film est filmé du point de vue de Marécaux, alors le public peut observer d’une perspective intime la souffrance physique et psychologique du protagoniste.
Ce qui est fascinant, c’est que l’histoire est vraie : les événements qu’on voit se dérouler sont des événements réels qui se sont passés dans l’affaire d’Outreau en France entre 2001 et 2005. Dix-sept personnes ont été accusées injustement dans ce scandale.
Les critiques sont bonnes. L’acteur principal, Philippe Torreton, est loué pour son travail sidérant qui « hante le spectateur longtemps après la projection » (Jérome Vermelin pour Metro). En outre, les critiques mentionnent toutes l’intensité du film. Le film est plein de suspense et de drame. Cela étant dit, quelques critiques trouvent que la violence des émotions et des sensations peuvent être considérablement intenses, alors « on n’est pas sûr de pouvoir recommander le film sans réserve », comme le dit Thomas Sotinel de Le Monde.  
Ecrit par Margot Kempczynski.
 Sources :

BowlingBowling

 

Bowling (Bowling)
02/23 at 9:00 p.m. and 03/01 at 6:30 p.m.
Réalisé par : Marie-Castille Mention-Schaar
France | 2012 | 90 mn  | Comédie
Avec : Catherine Frot, Mathilde Seigner, Firmine Richard 
Basé sur une histoire vraie, Bowling offre un instantané de la vie de quatre femmes de tous horizons et de leur rencontre. Catherine (Frot), une administratrice d’hôpital, est envoyée dans la commune de Carhaix en Bretagne pour fermer la maternité qui perd de l’argent. En arrivant, elle rencontre Mathilde (Seigner), Firmine (Richard), et Louise (Arné), qui font partie d’une équipe de bowling dont le but est de participer au plus grand concours de bowling de Bretagne. En même temps, les trois femmes convainquent Catherine qu’elle doit lutter pour sauver la maternité, symbole de l’autonomie de la Bretagne, et le personnel de l’hôpital fait grève dans l’espoir de la préserver. Malgré ses commentaires sur le féminisme et le régionalisme (c’est le gouvernement central de Sarkozy qui prend la décision de fermer la maternité, dont la perte serait la mort assurée de la Bretagne), Bowling reste un film léger, « porté par l’énergie des quatre comédiennes et filmé avec sincérité » (Xavier Leherpeur, Le Nouvel Observateur), qui ne manquera pas de vous faire sourire.
Ecrit par Ross Dispenza.
Sources :

PopulairePopulaire

 

Populaire (Populaire)
02/24 at 6:30 p.m.
Réalisé par : Regis Roinsard
France | 2012 | 111 mn  | Comédie
Avec : Romain Duris, Deborah Francois, Bernice Bejo, Shaun Benson, Melanie Bernier
 L’année est 1958. Rose Pamphyle (Déborah François) : secrétaire, vingt et un ans, fiancée. Elle se rend en Normandie pour postuler à un emploi auprès de Louis Echard (Romain Duris), un homme séduisant qui travaille pour une agence d’assurance. Rose est une très mauvaise secrétaire, mais son secret est qu’elle peut taper à la machine très, très vite. Louis décide de former Rose pour être la dactylo la plus rapide qu'elle peut être. Elle participe à des concours. On voit que Rose aime la dactylo, et peut-être autre chose…
Dans Populaire, on voit la France des années cinquante. Ce film charmant ressemble aux comédies romantiques de Doris Day et Rock Hudson.
Ecrit par Einat Brenner.
Sources:

Loin du VietnamLoin du Vietnam

 

Loin du Vietnam (Far from Vietnam)
02/24 at 9:00 p.m. and 02/28 at 4:00 p.m.
Réalisé par : Joris Ivens, William Klein, Claude Lelouch, Chris Marker, Alain Resnais et Jean-Luc Godard (film collectif)
France | 1967 | 115 mn  | Documentaire
Avec : Anne Bellec, Karen Blanguernon, Bernard Fresson A l’initiative de Chris Marker, les plus grands noms du cinéma (Claude Lelouch, Alain Resnais, Jean-Luc Godard, William Klein et Joris Ivens) proposent, à travers ce film de 1967, d’affirmer leur soutien au peuple vietnamien, en lutte contre les Etats-Unis. Le film, dont le montage final est réalisé par Marker, réunit des points de vue stylistiques très variés, qui vont d’un style reportage à des réflexions plus distanciées, bien qu’aucun ne soit explicitement attribué à l’un ou l’autre cinéaste.
Critique des évènements contemporains mais aussi sévère dans son auto-critique, Loin du Vietnam surprend encore, tant par sa construction éclatée que par son sujet controversé, et reste un incontournable du cinéma français et du documentaire politique. A voir !  
Traduit par Valentine Balguerie.
Sources :
Site de MCM, Brown University Ciné-club de Caen : cineclubdecaen.com

Laurence AnywaysLaurence Anyways

 

Laurence anyways 
03/01 at 2:15 p.m. 
Réalisé par : Xavier Dolan
Date de sortie québécoise : 18 mai 2012
Date de sortie française : 18 juillet 2012
Canada | 2h39min | Drame
Avec : Melvil Poupaud, Suzanne Clément, Nathalie Baye, Monia Chokri
Laurence anyways, le film le plus récent de Xavier Dolan, suit la transformation intime du personnage éponyme Laurence pendant les années 1990. Laurence est très amoureux de sa petite amie Fred, mais le jour de son trentième anniversaire, Laurence annonce qu’il est transsexuel. Il supplie Fred de rester à ses côtés pour sa transformation en femme. Le film suit soigneusement les effets de cette révélation, particulièrement sur les femmes dans la vie de Laurence. Le film aborde aussi des thèmes compliqués tels que l’identité, la société, et la sexualité dans une culture peu tolérante qui insiste sur l’apparence et les normes.
Alors que le film est un peu long et théâtral, la cinématographie de Dolan—un jeune réalisateur de 24 ans—plonge très profondément dans une histoire complexe. Le film évite les banalités du « jeu sexuel cinématographique » [1] que l’on voit souvent dans les films qui traitent du sujet de la sexualité. L'évolution des personnages dans ce drame est l’objectif principal ; la stylisation précise avec des couleurs riches et symboliques ajoute un élément artistique. Ces deux éléments font du film, selon les critiques, une véritable réussite inattendue.

La vie d'AdèleLa vie d'Adèle

 

La vie d'Adèle (Blue is the Warmest Color)
03/02 at 2:15 p.m. 
Réalisé par : Abdellatif Kechiche
France | 2013 | 179 mn  | Drame
Avec : Léa Seydoux, Adèle Exarchopoulos, Salim Kechiouche
Lauréat de la Palme d’Or à Cannes, La Vie d’Adèle a été un des films francophones les plus loués mais aussi un des plus polémiques de 2013. Réalisé par Abdellatif Kechiche, le film est basé sur la  bande-dessinée de Julie Maroh, Le bleu est une couleur chaude. Comme le titre le suggère, le film traite de la vie d’Adèle--une jeune fille de 15 ans qui habite près de Lille. Quand on rencontre Adèle, elle fait tout ce que fait une fille de son âge : aller au lycée, avoir des amis, parler de garçons, etc. Aux yeux des autres, tout semble normal dans la vie d’Adèle. Néanmoins à l’intérieur, elle est la seule à savoir qu’il existe un vide dans sa vie. Tout bascule quand Adèle voit une jeune fille aux cheveux bleus, Emma, passer dans la rue. Captivée par la fille, Adèle laisse tomber ses inhibitions et commence une romance avec elle. Dans les trois heures du film, on est témoin de tout ce qui se passe dans la vie d’Adèle : son premier amour, ses disputes avec Emma, ses journées au travail. Le film nous montre la vie d’Adèle telle qu’elle est.
Le film a, d'autre part, été l'objet de plusieurs polémiques. L'une concerne les conditions de travail que le réalisateur, Kechiche, a imposé à ses deux actrices principales, Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux, pendant le tournage du film. Une autre a pour point de deepart une scène de sexe qui dure presque 7 minutes. Cette scène a reçu beaucoup de critiques de la communauté lesbienne en concernant son authenticité. Malgré toutes les critiques, ce qu’il est important de noter c’est que le film va plus loin que seulement montrer une histoire d’amour entre deux femmes. Au centre, le film nous raconte une histoire de la vie elle-même--pleine d’amour, d’espoir, de tristesse et de la réalité qui est au coeur de son essence.
Ecrit par Jessica Moreno. 
Sources :
Ayiti Toma, au pays des vivantsAyiti Toma, au pays des vivants
Ayiti Toma, au pays des vivants (Ayiti Toma, au pays des vivants)
03/02 at 6:30 p.m. 
Réalisé par : Joseph Hillel
Haïti/Canada | 2013 | 82 mn  | Documentaire
Ce documentaire de Joseph Hillel cherche à dépasser nos conceptions primaires d’Haïti : première république noire à naître de la colonisation et seule à se libérer de l’esclavage par la force des armes ; pays victime de catastrophes naturelles telles que le tremblement de terre de 2010 et destinataire d’une aide humanitaire massive. Au-delà de ce portrait quelque peu dichotomique, nous découvrons un pays – cette « terre qui est la nôtre » – complexe et composite, riche d’un peuple « magique » et singulièrement « vivant ». Les commentaires des économistes, historiens, humanitaires et anthropologues, aussi bien que les histoires des adeptes du vaudou ou des jeunes survivants du tremblement de terre vivant désormais à Port-au-Prince, mettent en lumière cette culture – une culture qui doit servir de base à l’avenir et au développement d’Haïti.  
Ecrit par Rebecca Krasner.